Chroniques santé
Catégories
Les effets de l'hiver sur la santé

Les effets du froid sur la santé

Pourquoi sommes-nous plus souvent atteints d’infections virales ou bactériennes lorsqu’il fait froid ? La question est étudiée par les scientifiques depuis bien des années. Les résultats s’affinent de plus en plus, mais toujours est-il que la cause n’est jamais unique. De nombreux facteurs promoteurs s’unissent au profit du microbe qui parvient à nous rendre malade. En voici quelques uns.

Le froid coûte cher en devises énergétiques

L’organisme est conçu pour fonctionner à son mieux lorsqu’il est à la bonne température. En moyenne, on parle d’environ 37C. Mais lorsque le corps est plongé dans un environnement trop froid, ses efforts sont déployés pour maintenir ce confortable 37. À ce moment, tout un processus métabolique s’enclenche, faisant place à un potentiel affaiblissement de nos défenses immunitaires.

Qui dit efforts, dit dépense énergétique. En se gardant au chaud, le corps dépense beaucoup d’énergie. Cette dépense d’énergie, si elle n’est pas adéquatement rééquilibrée, diminue la force vitale du corps, donc diminue la réponse immunitaire.

Les effets du froid sur notre corps

Malgré ses efforts pour se tenir au chaud, le froid parvient tout de même à affecter notre organisme. Les vaisseaux sanguins, par exemple, se contractent et ralentissent la circulation sanguine. Les globules blancs, véhiculés par le sang, mettent plus de temps à arriver aux différents sites d’infection dans le corps, laissant le temps aux microbes de prendre de l’ampleur. Imaginez une ambulance prise dans le trafic : difficile d’accomplir ses fonctions si elle ne peut se rendre auprès de la personne dans le besoin.

Manteau, bottes, tuque, mitaines, foulard… et cache-nez ?!?

Nos mères nous l’ont si bien répété à tous les jours de chaque l’hiver de notre enfance : ’’habille-toi chaudement, tu vas être malade !’’ Alors que le froid n’est définitivement pas une cause directe de maladie, c’est certainement un facteur promoteur. En enfilant des pelures chaudes, on aide notre organisme à conserver sa chaleur et son énergie. 

Les traditionnels vêtements d’hiver n’ont pas tellement de secret quant à leur utilité. Mais devrions-nous songer à porter aussi le cache-nez ? Oh que oui ! Bon, le foulard  remonté peut très bien faire le travail. Le but étant de garder nos narines au chaud. Des chercheurs de l’Université Yale aux États-Unis ont su démontrer que les défenses immunitaires des cavités nasales sont affectées à la baisse par temps froid. 

Des microbes qui aiment le froid  

Cette même étude scientifique américaine a aussi prouvé que les microbes ne sont pas renforcés par le froid. Par contre, on sait que certains virus (comme celui du rhume) et certaines bactéries (comme celles de la grippe) bénéficient d’une multiplication accrue dans des milieux où la température est plus froide. Le nez, entre autre. Même si le cache-nez n’augmentera pas la température de nos narines suffisamment pour ralentir la prolifération des microbes, garder son nez au chaud est certainement utile au système immunitaire.

Changement de températures, changement d’habitudes

Lorsque l’hiver se fait sentir, plusieurs de nos habitudes de vie changent. On troque les souliers de marche pour les pantoufles. Les rencontres conviviales sur la terrasse extérieure se font dans le confort de notre salon. Les fenêtres se ferment et le chauffage s’allume. Ces changements saisonniers ont aussi une grande influence sur le développement d’infections hivernales.

Bien que le froid affaiblisse notre système immunitaire, ce n’est certainement pas mieux d’éviter d’aller dehors. Confinés dans le confort de nos maisons chaudes et très bien isolées, on finit par respirer toujours le même air. Tous les microbes qui ont la chance d’entrée dans votre demeure y reste pour un bon moment et ont tout leur temps pour vous infecter. Aussi, le taux d’humidité est généralement à la baisse à l’intérieur occasionnant une sécheresse des muqueuses. Une muqueuse sèche c’est comme une passerose avec des trop gros trous, ça laisse tout passer. Même les microbes !

Que faire alors ?

Profitez de l’hiver ! Équipez-vous adéquatement, habillez-vous chaudement (le nez aussi !) et sortez jouer dehors tous les jours. Si votre horaire vous le permet, choisissez les périodes où le soleil est le plus présent, vous bénéficierez de sa chaleur et de son énergie. 

Ouvrez les fenêtre, même s’il fait -20C ! Il ne suffit que d’une ou deux minutes pour faire un bon changement d’air. Cette action devrait être faite une fois par semaine. Soyez sans crainte, vous ne ferez pas chuter la température de votre maison. Aussi, si vous avez un diffuseur d’huiles essentielles, utilisez-le surtout pendant et après avoir eu de la visite. Avec les bonnes huiles, vous pouvez certainement éliminer beaucoup de microbes.

Au moment des repas, pourquoi ne pas accompagner votre repas chaud d’une petite salade ? Ou encore, ajouter des aliments crus comme des pousses au moment de servir le repas. Beaucoup d’aliments sont reconnus comme étant réchauffant. Le gingembre, le curcuma, le piment, etc. entre autre.

Même si on ne peut rien faire contre la propagation et la force des microbes, on peut certainement aider notre système immunitaire à rester puissant même durant l’hiver. Avec tous ces moyens, vous êtes définitivement assuré d’améliorer vos chances. Mais rappelez-vous aussi qu’une supplémentation adéquate est de mise durant l’hiver. Les éternelles vitamines C et D dont on entend si souvent parler devraient définitivement faire partie de votre arsenal quotidien. Mais il y en a bien d’autres, tant en prévention que pour alléger les symptômes d’infection. Consultez un professionnel de la santé qui saura vous conseiller selon vos besoins.

Bon hiver !

Laisser un commentaire