Livraison Gratuite à partir de 75$, partout au Canada

Chroniques santé
Catégories
Tirer le meilleur des fruits et légumes

Tirer le meilleur des fruits et légumes

Mange des fruits et légumes ! On se l’ait fait dire en tant qu’enfant par nos parents. En tant que parents, on le dit à nos enfants. On se le fait dire par tous les professionnels de la santé, qu’ils soient médecins, infirmières, pharmaciens ou naturopathes. Bref, ça n’a rien d’innovateur de manger des fruits et légumes.

Même si depuis que les Hommes sont sur cette terre on mange des fruits et légumes, vous êtes-vous déjà demandé si vous faisiez ça comme il faut ? « Hein ? », me direz-vous ! Eh bien oui, il y a une manière de bien manger ses fruits et légumes afin d’optimiser leurs valeurs nutritionnelles et d’en tirer un maximum de bénéfices.

La bonne quantité de fruits et légumes

Selon le Guide alimentaire Canadien, 50% de notre assiette devrait être composée de fruits et légumes. La pratique naturopathique, quant à elle, recommande cette même proportion, mais seulement en légumes. Pas de fruits dans cette proportion. Personnellement, bien que la moitié d’un repas en fruits et légumes soit un excellent départ, je préfère l’opinion naturopathique, surtout pour assurer de saines combinaisons alimentaires.

Si on revient à nos quantités de légumes (les combinaisons alimentaires seront traitées plus loin), cette moitié doit être retrouvée à chaque repas de la journée. Dîner et souper, pas si pire. Mais le déjeuner aussi ! Mmmm une bonne salade pour déjeuner ! Quoi de mieux pour bien partir la journée ? Blague à part, c’est effectivement une excellente façon de lancer notre machine à digérer. On lui fournit une grande quantité de toute sorte de nutriments, d’eau et de fibres. Si cette idée ne vous plaît pas trop, rappelez-vous qu’il vous reste encore le dîner et le souper pour faire le plein, sans oublier les collations (si vous en prenez).

Et ces fruits, on les mange quand ?

Les fruits frais1 sont des réelles bombes nutritives. Il ne faudrait surtout pas les oublier. Par contre, dans le ventre, ils s’entendent moins bien avec les autres aliments de l’assiette. Afin d’optimiser votre digestion, il est fortement suggéré de les manger seul. Au moins 15 minutes avant un repas et environ 2 heures après le repas. 

Plus précisément, les fruits requièrent un séjour plus rapide que la moyenne dans l’estomac. S’ils se retrouvent mélangés à d’autres aliments, il y aura fermentation, puis déséquilibre dans l’estomac et l’intestin et s’en suivront les inconforts et symptômes de difficultés digestives. On peut toutefois s’en tirer sans trop de soucis pour certaines classes d’aliments, comme les légumes. Chose certaine, la combinaison fruits et céréales est une des plus néfastes.

Un arc-en-ciel n’est pas juste beau dans le ciel

Si je vous demandais de nommer au moins un légume ou un fruit pour chaque couleur de l’arc-en-ciel, seriez-vous capable ? L’exercice est intéressant à faire parce que c’est de cette façon qu’on devrait constituer son menu de la journée. Au moins un représentant végétal pour chaque couleur. Je vous aide un peu…

Premièrement, on a le mauve : aubergine, chou rave et oignon rouge. Deuxièmement, on a le bleu : camerise, prune et, bien sûr, bleuet. Troisièmement, on a le vert : brocoli, chou frisé et laitue. Quatrièmement, on a le orange : poivron orange, carotte et patate douce. Finalement, on a le rouge : betterave, tomate et la délicieuse fraise. Mais je rajoute une couleur à la liste, le blanc : chou-fleur, ail et panais.

La variété de couleurs dans l’alimentation permet d’accéder à des nutriments différents. Le pigment des végétaux est donné par les antioxydants et certaines vitamines. Couleurs variées, nutriments variés. C’est aussi simple que ça ! Et oui, le blanc est une couleur. Pour qu’un légume ou un fruit soit blanc, il a besoin de pigments particuliers.

Cuits ou crus ?

La consommation de fruits et légumes frais et crus est primordiale. De cette façon, on consomme des végétaux vivants. On a accès à leurs enzymes, leurs nutriments et leur énergie vitale. Une grande partie serait détruite par la chaleur, peu importe le mode cuisson.

Manger cru n’est malheureusement pas pour tous, ni pour n’importe quand. D’abord, si vous éprouver des difficultés digestives, manger des légumes crus pourrait vous occasionner des inconforts. À ce moment, préférez la cuisson douce, comme à la vapeur, et faites des essais pour trouver ceux qui ne vous gênent pas. En parallèle, informez-vous auprès d’un professionnel de la santé qualifié pour tenter de relancer une digestion saine.

Manger cru signifie manger froid. En plein hiver québécois, ce n’est pas l’idéal. Par temps froid ou encore pour quelqu’un de frileux, la cuisson vapeur est une bonne alternative pour se garder au chaud. 

Les pousses et les germinations sont d’excellents légumes d’hiver. Elles poussent à l’intérieur, elles n’ont pas vraiment besoin de tant de soleil et elles se cultivent rapidement. Surtout, elles offrent une quantité incroyable de nutriments, d’enzymes et de vitalité et elles se digèrent facilement sans refroidir le corps.

Combler les carences

Bien que ce soit facile à dire de manger la moitié de tous ses repas en légumes, ce n’est pas toujours facile à faire. C’est là que les suppléments naturels de vitamines et minéraux trouvent tout leur sens. Combler les carences, malgré une alimentation saine et équilibrée. Les produits naturels vous donneront un petit coup de pouce.

Des lectures qui pourraient vous intéresser

______________________________________

1- Les fruits frais ont un meilleur profil nutritionnel que les fruits ayant subit une transformation. Par exemple, la surgélation, la déshydratation, la mise en conserve, etc.

Laisser un commentaire